spipzine

Accueil > Ateliers > Outils > Flock, le navigateur 2.0

Flock, le navigateur 2.0

jeudi 22 juin 2006, par comradE Ogilvy

Voir apparaître un nouveau navigateur, ça n’est pas si fréquent. Si, de plus, celui-ci apporte quelques idées nouvelles, c’est encore plus appréciable. Tel est le cas de Flock, résolument orienté vers la relation communautaire et le partage de ressources entre ses membres. Rapide tour d’horizon.

Voilà donc Flock Beta 1 (en réalité la version numérotée 0.7), gratuit [1], en anglais, pour Windows, Mac et Linux, et joli comme tout, il faut bien l’avouer. Basé "sur le même code que Firefox", nous n’en saurons pas plus [2] car on ne peut pas dire que le site de présentation croule sous les explications techniques. On le comprendra, chez Flock, le monde est beau, gentil, sympa, partageur, et pas geek pour deux sous.

À l’installation (testée sous Mac OS X), un assistant s’occupe de tout, et récupère presque parfaitement les signets de Safari et / ou Firefox, ainsi que les cookies. Presque, parce que les dossiers de la barre n’y sont pas conservés, et surtout que tous les sous-dossiers se retrouvent alignés au même niveau de hiérarchie dans le menu Favorites, qui se retrouve aussitôt long comme un jour sans SPIP. Défaut de jeunesse, honnêtement reconnu dans le blog des concepteurs. Néanmoins, les signets se retrouvent automatiquement tagués selon le nom des dossiers et sous-dossiers auxquels ils appartiennent.

Spipzine en page d’accueil, puisqu’on me demande d’en choisir une à l’installation, affichage tout à fait correct. Une surprise toutefois en passant à l’espace privé, et sans avoir à m’identifier, s’il vous plaît, tout y est in english, malgré le français sélectionné dans le Language management de la Configuration. C’est dans le menu déroulant de la barre que je remets facilement tout en ordre. L’affichage est quasiment similaire à celui de Firefox, rien d’étonnant, et la navigation par onglets aussi intuitive.

La barre de navigation est extensible, on peut en créer plusieurs, les superposer ou basculer de l’une à l’autre par un menu optionnel. Cela compense un peu le fait de ne pas pouvoir y glisser de dossiers, mais c’est au détriment de la place. Mauvaise surprise, en jouant avec, je me suis retrouvé avec les menus grisés et la barre d’icones (Topbar) inactivée, obligé de quitter et relancer l’appli. Mais c’est une Beta, il est vrai.

JPEG - 18.2 ko
La Topbar

Cette Topbar est très agréable à mes yeux. Outre les icones de navigation classiques, elle révèle les spécificités de Flock. Avant d’y revenir, notons l’étoile qui permet de "stariser" la page (Star this page). Il ne s’agit pas simplement de la bookmarquer : le navigateur est capable de détecter des flux rss, des images issues d’un photostream Flickr ou PhotoBucket sur la page, et de proposer de ranger tout cela bien où il faut… L’option "Super Star" fait tout cela d’un coup. La gestion des signets se fait sur une barre latérale, et on peut leur adjoindre des tags.

Première approche de la politique communautaire de Flock, on peut choisr de publier son bookmark au travers d’un compte del.icio.us ou Shadows, soit de façon ouverte à tous, ou encore uniquement pour ses ordinateurs (c’est à dire connecté identifié). Même si un choix par défaut est spécifié, on peut toujours basculer du mode privé ou public par les Propriétés du signet. Un simple clic sur la fameuse étoile permet d’enregistrer le signet directement en ligne aussi.

Le champ de recherche est également riche, et un menu permet d’y orienter la requête vers les moteurs ou sites enregistrés dans le menu Accounts and services… Ceux-ci ne peuvent toutefois pas être entrés à la main, mais doivent être choisis sur [cette page]. Le moteur par défaut est Yahoo et non Google, en raison d’un partenariat, mais on peut en changer parmi ceux disponibles.

Les Préférences sont également très fournies. Parmi les choix classiques, relevons la possibilité de définir un mot de passe maître qui protège tous les autres [3], et une gestion des cookies et des popups avec possibilités d’éditer des exceptions.

JPEG - 24.8 ko
Page de news

Lorsque le navigateur détecte un flux rss sur la page visitée, une icone apparaît permettant de le(s) afficher dans une page. De ce point de vue, Flock est réellement impressionnant, car la page en question est tout simplement magnifique, et de plus personnalisable dans son contenu et sa présentation. Une nouvelle barre latérale apparaît, qui permet de composer sa revue de presse, et de se fabriquer une Front page agrégeant les flux choisis, présentés par catégorie, de façon très agréable.

Au chapitre images aussi, Flock se distingue par quelques excellentes idées. L’icone Photos de la Topbar fait instantanément apparaître une nouvelle barre dédiée aux photos. Elle est conçue pour y afficher un Photostream, issu d’un compte Flickr ou PhotoBucket. On peut même filtrer par tags. Un menu déroulant permet de choisir à la volée entre les différents comptes auxquels on décide de s’abonner, et, cerise sur le gâteau, l’icone de la Topbar s’illumine d’une puce pour annoncer l’arrivée de nouvelles photos dnas un flux. Enfin, un bouton permet d’Uploader une photo sur son propre compte, sans quitter la fenêtre.

JPEG - 14.6 ko
Photostream Flickr

Une icone discrète tout en bas à droite de la fenêtre amène à une nouvelle surprise. Elle ouvre une nouvelle barre en pied de page, dans laquelle on glisse très facilement une photo, issue d’une page. Demandant une nouvelle page, on peut faire l’opération inverse, et la photo s’y affiche, automatiquement dimensionnée à la taille de la page [4] si elle est plus grande, et le curseur se change en une loupe qui permet un zoom in ou out, ça n’a l’air de rien, mais quel confort…

La même barre permet de stocker des snippets. Ce sont des liens, des images ou du texte que l’on pose là temporairement, en attendant par exemple de les inclure dans son blog, ou dans un champ de formulaire [5]. Car les concepteurs de Flock ont aussi visiblement beaucoup pensé aux blogueurs : un éditeur intégré permet de préparer et de poster des billets sur WordPress, TypePad, Movable Type, LiveJournal, Drupal, et Blogger. Le snippet texte pourra s’y joindre comme une citation, de même que l’on peut tout aussi bien créer un billet à partir d’une news rss.

En conclusion, à l’heure où les concepts du web 2.0 font encore leur chemin dans les consciences, Flock a l’idée brillante de les mettre en scène dans un navigateur. Pour ma part, je trouve que c’est plutôt réussi, et, pour qui utilise les services web additionnels que le navigateur interface, un outil vraiment agréable. Plutôt déjà mûr pour une beta, ouvert aux extensions, Flock est plein de promesses, et mériterait bien de rencontrer tout le succès qu’on lui souhaite.

- Le site de Flock [en] (fait avec Drupal).
- Un petit tour en images [en].
- Présentation sur leur blog [en].
- The Definitive Flock Beta 1 Review [en].


Voir en ligne : Flock, le navigateur pour vous et vos amis [en].


[1Je n’ai pas trouvé d’information sur une quelconque licence.

[2Si, dans le menu About Flock : Mozilla/5.0 (Macintosh ; U ; PPC Mac OS X Mach-O ; en-US ; rv:1.8.0.4) Gecko/20060620 Firefox/1.5.0.4 Flock/0.7.1.

[3À l’instar du Trousseau d’accès de Mac OS X.

[4C’est une option par défaut, désactivable dans les préférences.

[5Un article de SPIP en édition ?