spipzine

Accueil > Histoire(s) > L’invention de SPIP > Un point neuf

Un point neuf

vendredi 7 juillet 2006, par comradE Ogilvy

Il n’y a pas si longtemps, l’on pouvait encore croire facilement que les outils électroniques, en plus de nous faciliter la vie, pouvaient aider à engager le monde sur une voie meilleure. C’est aujourd’hui plus difficile, sous le bétonnage commercial qui masque à peine les efforts des démonteurs de liberté, mais SPIP va bien, merci. SPIP et l’idée du logiciel libre, d’une imagination collaborative qui concrétise un outil nécessaire.

Développement

Si SPIP n’est pas le seul système de publication sur internet, c’est peut-être celui qui est le plus né d’un besoin, de celui de donner toujours plus de confort à l’activité d’écrire, et de publier sur le web. Un besoin inventé pour un journal partagé, inédit, pour qui la façon de faire comptait autant que le se qui s’y disait. Un cahier des charges édité au nom du plaisir d’écrire ensemble, célébrant la liberté d’expression. et du défi de trouver à cela une réponse originale, ergonomique, souple et, tant qu’à faire, malignement codée.

Cinq ans et 1,9 version plus tard, SPIP n’a plus à prouver que le pari pouvait être gagné. C’est depuis longtemps un logiciel de qualité professionnelle, fiable, que tous les jours de nouveaux webmasteurs apprentis ou aguerris utilisent ou testent, pour eux-mêmes ou bien l’améliorer. En apportant le support des plugins, de nouveaux horizons graphiques, ainsi qu’une peau joliment muée, le dernier avatar ajoute aux performances du compilateur de la version 1.8 encore plus de maturité.

L’organisation des différentes strates du développement n’est pas pour rien dans ce résultat. Depuis l’émergence de spip-zone en amont de la petite boutique de spip-contrib, à mesure que le fonctionnement s’en est rodé, la succession ininterrompue de commits [1] se fait le reflet d’une intense activité. Et spip-zone n’est pas que le laboratoire que de squelettes ou de plugins, mais produit également par ses synergies des occasions de venir renforcer le noyau des développeurs de SPIP même. Quant à l’espace des contributions, il semble aujourd’hui entamer sa mutation et pense également à mieux organiser son offre et son activité. Son spikini est toujours truffé d’informations, de débats et de bonnes idées à développer, et s’enrichit tous les jours.

Spipespace

Toute cette vitalité se reflète sur un réseau de sites, dont les naissances successives jalonnent le chemin de spip, chaque fois mettant en lumière un nouveau besoin et tentant de lui apporter une réponse à la SPIP. Le site historique, spip.net, qui contient la documentation et l’espace des traducteurs, continue à se tenir à jour et à s’affiner, et les spip-forums rivalisent avec les commits pour emplir les colonnes de sedna. Ce dernier, relayé par Shiraz sur le canal Irc, agrège avec talent la syndication de tous les sites officiels et d’autres qui publient régulièrement des articles traitant de SPIP.

Le spip-blog a ouvert la parole avec son ton libre, spip-party est devenu le rendez-vous incontournable des rencontres de spipeurs. Depuis la feria, les apéros se sont en effet multipliés sur toute la France et même en Belgique, l’occasion d’échanger des cacahuètes en grignotant quelques connaissances.

Deux nouveaux sites sont venus compléter la panoplie à l’occasion de cet anniversaire : ce même spipzine que vous êtes en train de lire, et le magnifique spip-herbier, enfin une véritable galerie de sites en spip, source de joies autant que d’idées.

Il faut également évoquer l’utilisation par de beaucoup de membres de la communauté du bookmark social del.icio.us, avec notamment les tags spip et madewithspip, alimentant tant le sedna que ceux qui ont choisi d’en reprendre les flux rss sur leur site. Quant aux photographes et graphistes, ils utilisent flickr pour partager leurs œuvres.

Feria et coding parties

Le rendez-vous du 26 novembre 2005 a été un succès, avec près de 150 participants venus de tous les horizons géographiques. Ambiance studieuse et convivialité jusque tard dans la soirée, et l’on peut dire que cette journée a réellement impulsé une nouvelle dynamique dans la communauté. Ceux qui auraient manqué cet événement mémorable peuvent toujours se reporter aux archives de spip-party, pour y trouver le compte-rendu des ateliers, certains en audio ou video, et quelques jolies photos. Quant à la prochaine feria, peut-être en Belgique, à en croire SEM Spip qui l’annonce comme un Concile intergalactique de SPIP, rien que ça !

C’est le 4 mars dernier qu’a eu lieu à Lille la première coding party, au programme plus spécifiquement technique, également préparé sur spip-party. Là aussi, les choses ont bien avancé, tant pour réfléchir sur la 1.9 que sur le plan de la documentation.

Et demain ?

Toute cette vitalité ne peut que rendre optimiste pour l’avenir. Avec cette dernière version majeure avant une 2.0 qui réservera encore son lot de progrès de taille, SPIP conserve une place de choix dans le monde en évolution constante des cms. La communauté, pour sa part, se renforce et s’organise à mesure que des synergies se créent autour des multiples projets.

Il y a certainement mieux à faire, et dans bien des domaines, comme l’on dit, Paris ne s’est pas fait en un jour. Contentons-nous de remarquer que ce souci d’amélioration est loin d’être absent des échanges quotidiens, évidemment sur le plan du code même, mais aussi dans la documentation, ainsi que d’autres thèmes apparaissant ici où là dans le spipespace.

C’est tout un horizon qui s’ouvre avec l’introduction des plugins, qui sont déjà nombreux et démontrent leur puissance. Il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour imaginer à quel point cette nouvelle possibilité va inspirer les contributeurs, et que la liste va s’en allonger jour après jour.

Après le chantier de réforme de spip-contrib qui commence très fort, on peut espérer que débute celui d’une refonte de la doc, c’est à dire une optimisation du vénérable spip.net [2], qui pourrait à terme devenir également un véritable portail d’orientation parmi les ressources de SPIP.

Bien que ralentis ou interrompus pendant les vacances, les apéros prennent peu à peu leur rythme de croisière. Il en reste bien certains à créer dans d’autres provinces ou pays, et à rameuter quelques spipeurs de plus pour certains autres, mais la formule a pleinement démontré son intérêt. Personne ne sait encore quand et où auront lieu les prochaines coding parties et ferias, mais il serait surprenant que rien ne se passe de ce côté-là, tant les précédentes ont suscité un désir fort de nouvelles éditions. Nul doute qu’un jour où l’autre, la communauté s’enflamme à nouveau et converge vers une nouvelle fête de l’écureuil…


[1Nouvelle amélioration du code par un participant au projet.

[2Mais pas seulement, c’est aussi une réflexion globale sur les informations qui se trouvent à de multiples endroits.