spipzine

Accueil > Spipespace > La Boussole > Rendre à SPIP…

L’important, c’est de participer

Rendre à SPIP…

Comment apporter des ressources à la « communauté SPIP »

dimanche 24 décembre 2006, par polatouche

La question revient parfois dans les forums ou sur les listes de discussions : les gens contents d’utiliser SPIP veulent « donner de l’argent ». De l’argent, les développeurs de SPIP ou les membres de la communauté ne sauraient quoi en faire, et refusent de se structurer de manière à pouvoir en collecter, tant les conséquences d’un tel choix seraient lourdes à porter. Il y a en revanche mille façons d’apporter des ressources à la communauté, d’y participer et de la soutenir pour contribuer concrètement à ce « bien commun ». Petit tour d’horizon.

De la réflexion et de la GPL

Avant toute chose, Spip est un logiciel libre, sous GPL (GNU Public Licence) et la meilleure façon de participer à SPIP est donc de l’utiliser en se souvenant des droits et des contraintes qu’apporte cette licence (voir à ce propos la notice rédigée en français sur Linux-france.org).

Il s’agit notamment de droits à l’utiliser, le redistribuer, l’étudier, le modifier, en ne restreignant pas ces modifications à un usage « captif » ou « captateur », c’est-à-dire en faisant part aux autres membres de la communauté de vos réflexions, ajouts, modifications.

De nombreux utilisateurs, webmestres, graphistes, administrateurs, rédacteurs, traducteurs, partagent le fruit des réflexions particulières ou collectives qu’ils ont pu avoir, en illustrant ces libertés ouvertes par la GPL. C’est de cette ouverture qu’est d’ailleurs née la communauté SPIP. Et si communauté il y a, aujourd’hui, c’est notamment du fait de ce statut de logiciel libre, fondateur dans le fonctionnement et le développement de SPIP.

Participer à l’évolution de SPIP, c’est ainsi rendre public ses essais, ses tests, les problèmes rencontrés, les bogues, les suggestions, et le code ou les traductions générés. Cela peut se faire à de nombreux niveaux.

Il n’est pas essentiel d’être informaticien pour ce faire. SPIP est un logiciel convivial, orienté vers la publication facile, immédiate ou quasi immédiate pour le débutant comme pour les utilisateurs plus chevronnés.

Il y a toujours un moyen de prendre part à son univers, si vous le souhaitez.

La courbe d’apprentissage, qui est au coeur des usages de SPIP et qui vous permet de passer d’une première installation du logiciel à une utilisation avancée, existe également sur le plan de la participation à ce projet collectif.

Apporter des ressources à la communauté SPIP, c’est essentiellement lui apporter du temps, celui que vous avez consacré à découvrir, bidouiller, tester SPIP, et ce retour des utilisateurs est fondamental : il constitue même la première porte d’entrée de la communauté, la façon la plus immédiate de lui apporter des ressources utiles à tous : cela peut se traduire au stade de la découverte, par des questions ou des réponses échangées sur la liste spip (at) rezo.net, ou du point de vue de la reversion d’expérimentations graphiques, par le partage d’un squelette rendu public sur Spip-Contrib, par exemple, voire par des patchs ou des scripts à discuter sur spip-dev ou à améliorer sur spip-zone.

En découvrant peu à peu les espaces et les ressources techniques et humaines, vous découvrirez un moyen de vous impliquer pour soutenir non seulement votre projet mais aussi le projet global que constitue aujourd’hui SPIP, celui d’un bien commun informatique au service de projets sociaux, artistiques, etc.

C’est peut-être bien ça, l’esprit SPIP.

Où partager, s’informer, avancer en commun ?

Un peu partout.

L’univers de SPIP ne manque ni d’endroits ni d’occasions pour s’exprimer, échanger et faire avancer les choses.

C’est parce qu’il y aura eu discussion ou une remise en cause constructive d’un point de fonctionnement ou de l’ajout d’une nouvelle possibilité que celle-ci pourra éventuellement être intégrée à la prochaine version stable ou proposée sur Spip-Contrib.

Cependant, rien n’est systématique. SPIP avance à son rythme, celui de ses développeurs et contributeurs, tous bénévoles, et parfois en manque de temps. Se contenter de demander une fonction ou de se plaindre qu’elle n’existe pas en trépignant, n’apporte rien, non plus que de garder pour soi des idées qui méritent d’être réalisées puis partagées.

Les questions liées à la gestion collective d’un site sous SPIP en revanche, les questions d’usage, les questions non techniques ne sont pas en revanche hors sujet.

Quelques soient votre utilisation et votre niveau, n’hésitez pas en tous les cas : franchissez le cap, inscrivez-vous sur les listes, participez au forums, faites profiter les autres de votre savoir-faire, de vos tours de main, de vos expériences, des solutions nouvelles ou des visions originales que vous aurez eu à développer. Et si vous ne trouvez pas l’endroit pour cela, venez nous voir au mag’ !

Concrètement ?

Mettre le nez sous le capot

Du débug

Si vous ne vous sentez pas les épaules d’un geek-codeur (quoique la plupart d’entre eux les ont un peu affaissées à force de rester devant leur écran pendant des heures) mais que vous n’êtes pas pour autant dégoûté de mettre de temps en temps le nez dans le code, vous pouvez jouer un très utile rôle de déboguage. Comment faire ? C’est tout simple, installez régulièrement la version de développement et testez-là pour trouver les failles... et signalez-les à la liste des développeurs en ouvrant un ticket sur trac. Et si vous trouvez la rustine qui répare le problème, c’est encore mieux.

Du code

Y’a rien à faire, pour construire un logiciel,... il faut bien écrire du code. L’essentiel se passe sur la liste spip-dev. Il y a aussi le Lab’ (wiki et liste), où l’on met au point des fonctionnalités expérimentales. Avant toute chose, lisez la page Contribuer au développement de SPIP de la documentation officielle. Notez que le fait de proposer du code ne donne par la garantie qu’il sera intégré dans la distribution officielle. C’est parfois frustrant, mais l’objectif d’un outil générique et pas trop difficile à maintenir impose certains choix. Avant de vous lancer dans l’écriture d’un patch, prenez donc le temps de discuter de votre projet sur la liste des développeurs. Bien évidemment, tout se passe sous licence GPL.

Des contribs

La distribution officielle de SPIP tente de proposer un outil pensé en fonction des usages du plus grand nombre. Rien n’interdit cependant de l’adapter à des usages particuliers, de développer telle ou telle fonctionnalité, de le bombarder de patches en tous genres,... Rendre publics ces ajouts — et surtout prendre le temps de rédiger un article expliquant clairement leur fonctionnement et la manière de les utiliser — rendra service à beaucoup de monde. Tout ça se passe sur Spip-Contrib.

Si Spip-Contrib accueille et propose des "produits finis", un autre lieu, SPIP-Zone est la disposition de ceux qui souhaitent développer des projets ouverts. Ce n’est pas un site SPIP, mais bien un espace de collaboration, motorisé à l’aide de Subversion et de la plate-forme Trac. C’est un véritable chantier de squelettes et autres plug-in, chaque participant étant libre de les améliorer quotidiennement, ainsi qu’en témoigne l’activité incessante du journal des modifications, sur la liste des commits.

Prendre la plume (ou le clavier, selon que...)

De la doc

Un des atouts de SPIP est sa documentation officielle, riche et fouillée. Elle est cependant loin d’être parfaite et reste en perpétuel chantier puisqu’il s’agit de documenter au fur et à mesure de leur publication les nouveautés intégrées à SPIP. Pour donner un coup de main, rendez-vous sur la liste spip-trad. Pour signaler une coquille dans la doc ou suggérer une modification, le plus simple est de vous inscrire comme rédacteur dans l’espace privé de spip.net et de poster un message dans le forum interne de l’article concerné.

Des traductions

Comme SPIP n’est plus depuis longtemps limité à la seule sphère linguistique francophone dans laquelle il est né, la traduction de SPIP est l’un des plus gros morceaux du travail de la communauté. Il s’agit non seulement de traduire les chaînes de langue intégrées au logiciel, l’aide en ligne ou la documentation officielle, mais aussi d’animer les listes d’utilisateurs dans différentes langues, de traduire d’autres textes (comme des contribs ou des articles du Mag’), de rendre multilingues les interfaces des différents sites de la communauté,... Lisez l’article SPIP 192a : performance comparée à SPIP 1.7.2 pour en savoir plus.

Aller à la rencontre du peuple spipien

Du support

Après quelques semaines d’utilisation de SPIP, vous avez très probablement acquis suffisamment de connaissances pour filer un coup de main aux débutants qui débarquent sur la liste spip-user ou dans les forums. Concrètement, le simple fait de fournir à quelqu’un qui patauge un lien vers une page de la doc, ou vers un ancien fil de discussion de la liste sur lequel une réponse est donnée, peut déjà représenter une aide considérable. Les témoignages sur le sujet sont unanimes : passer un peu de temps à aider les autres vous aidera certainement à vous aider vous-mêmes.

Des formations et autres ateliers

Tout ne se passe pas que sur Internet au travers des écrans. Rien n’indique a priori que les spipiens craignent la lumière du jour et il leur arrive donc de se rencontrer. Organiser des trucs concrets dans la vraie vie peut même être un excellent moyen se s’entraider, de faire progresser des idées. ApérosSpip, ateliers de formation, ou autres sont une excellente manière de donner un coup de main à la communauté. Il y a sûrement des spipiens près de chez vous...

Du partage d’expérience

Les témoignages et les réflexions des utilisateurs de SPIP sont utiles, très utiles. Là encore, les listes jouent un grand rôle, mais rien ne vaut un bel article sur l’un des sites du spipespace.

Par exemple sur spipzine, qui est là pour vous laisser prendre la parole, comme témoin ou acteur. Inscrivez-vous au site et proposez votre article. Quel que soit l’aspect de SPIP concerné, il a sa place dans spipzine. Ce peut par exemple être l’interview d’un webmestre spipien, une enquête sur une communauté humaine, quelle qu’elle soit, utilisant SPIP d’une façon ou une autre, un reportage photo, avec commentaires, sur un atelier de formation à SPIP, la critique d’un bouquin parlant de SPIP, une revue de web sur « quoi de neuf dans le microcosme spipien ces dernières semaines », un argumentaire sur une question particulière...

À la fois plus léger et plus technique, spip.blog est celui des artisans du projet SPIP. On s’y interroge, on propose, on partage une réflexion, mais surtout on y prend l’humour au sérieux.

Ou bien encore, si au cours de vos surf-parties, vous croisez des sites sous SPIP dignes d’un intérêt particulier, allez les épingler dans l’herbier, pour enrichir ce florilège d’idées.

Apport affectif

« SPIP c’est du logiciel libre et de la tendresse » a t-on pu entendre un beau jour. Quel bel hommage, non ? Répondre, remercier, encourager, c’est toute une série de petits gestes qui entretiennent la qualité des relations dans la communauté.

Et, bien sûr, de la bonne humeur, pour commencer, on travaille et vit tellement mieux avec le sourire :-).

À quoi a-t-on droit en échange ?

Réponse rapide : non seulement « à rien » mais aussi « à SPIP », ce qui n’est déjà pas si mal. Pas d’argent, pas de médailles mais la satisfaction de progresser ensemble.

Apporter une ressource quelle qu’elle soit ne donne aucun droit spécifique sur SPIP ; pas de bandeau publicitaire « en échange ».

Cela dit, chacun a le droit de dire ce qu’il apporte à la communauté (les contribs sont signées, les auteurs de SPIP sont crédités, les apporteurs de ressources diverses peuvent dire qu’ils apportent cette ressource). Et, bien entendu, lorsqu’une contribution est utilisée, la moindre des choses est d’en mentionner la source.

Mais il est un secret que nous pouvons bien vous dire, pour l’avoir expérimenté : c’est en donnant sans attendre de recevoir que l’on se retrouve comblé. Le succès de Spip et votre présence ici n’en sont-ils pas la preuve ?


Voir en ligne : Article paru sur SPIP Mag’ le 12/09/2005.


Cet article a été écrit collectivement par une petite dizaine de personnes, grâce à l’aide d’IRC.