Accueil > Pas demain la veille > Eh dis Toto ! > Mauvaises fréquentations

Mauvaises fréquentations

L’âme de SPIP est-elle soluble dans la connerie du monde ?

samedi 31 mars 2007, par comradE Ogilvy

Régulièrement, parmi certains membres de la communauté, apparaît une inquiétude interrogative. SPIP est né pour apporter sa molécule de sable à l’espoir d’un monde meilleur, et pour cela s’offre à tous. Y compris à ceux qui en font un usage contradictoire avec les principes qui en sont la source et qui, aujourd’hui encore, irriguent son développement. Cela suffira-t-il pour que SPIP ne finisse pas écrabouillé dans l’ultra-libéralisme ?

Dans la libertaire histoire de SPIP, il y a eu le moment où la question s’est posée, à laquelle il a bien fallu répondre. Et y répondre publiquement, officiellement, dans la FAQ de spip-net. "Est-ce que je peux vendre un service utilisant SPIP ? Est-ce que je peux monter une activité professionnelle autour de SPIP ?", et, "Est-ce que je peux utiliser SPIP pour réaliser un site marchand, un site avec des pubs, ou un site de droite, ou un site qui débine le logiciel libre..." ?

La réponse est laconique et encourageante : "Vous faites bien ce que vous voulez... ". Concernant les pépettes, on précise : "Plus sérieusement, plusieurs utilisateurs nous ont déjà demandé si « ça ne nous embêtait pas » qu’ils utilisent SPIP dans le cadre de leur activité professionnelle (vendre des sites réalisés sous SPIP, vendre des formations à SPIP...). La réponse est claire : « ça ne nous embête pas », bien au contraire. Si nous avons choisi de diffuser SPIP sous GPL, c’est bien pour cela. Si SPIP peut vous aider économiquement, nous en serons plus que flattés.".

Mais ce n’est pas si simple, et l’on peut surprendre quelques grincements de dents [1] devant certains sites SPIP, ou bien la façon de faire ou de voir de ceux qui les animent. Dans son essence, SPIP participe d’un combat, mais qu’en est-il lorsque ce qu’il aide a les idées et les travers de ce qu’il faut combattre ? J’en connais que ça énerve, et c’est vrai qu’en période de doute, il y a parfois de quoi avoir mal au cœur.

Pourtant, au fait, c’est ce que spip-net rappelle, ce combat, c’est celui de la liberté d’expression… Et que par nature il n’a jamais baissé les bras devant la diversité, fût-elle désagréable à contempler. Le jeu, c’était de faire mieux, de dire mieux, convaincu de porter par là des idées plus justes, et à chacun de savoir ce qu’il a à penser. Même pas peur. Il y a des idées qui sont plus fraîches que d’autres, et qui seront encore valables quand les autres auront pourri.

Or, plus encore que la défense de la parole libre, SPIP se réclame d’un principe de plaisir : plaisir de faire, plaisir de faire bien, plaisir de faire ensemble… Et ceux qui ne téléchargent pas cela avec spip_loader.php passent à côté du principal. Heureusement, si le besoin les prend de se tourner vers la communauté, c’est ainsi qu’ils seront accueillis, ainsi qu’ils s’y intégreront, ainsi qu’ils y travailleront. Et le message passera : SPIP le beau code, mais SPIP aussi la tendresse et la joie.

Ce sont des choses qui se disent difficilement, mais qui, lorsqu’elles se pratiquent, ont un effet visible et concret, dont SPIP soi-même est la première représentation. Les rencontres, comme la dipi de Nantes ou les zapéros montrent de la meilleure façon que l’esprit SPIP est bien vivant et qu’il n’entend pas s’affranchir de son sens. Et si ce dernier se voit parfois dévoyé, plus nous le partageons, et moins ça devient grave…

Le monde meilleur dont rêve SPIP, son utopie du partage, son désir de contribuer, tout cela n’est pas vain et s’incarne dans son quotidien. Tant que c’est le cas, pas d’inquiétude quant à son devenir. Et si la pression, la tentation du produit persiste ou se renforce, alors à nous de faire mieux pour qu’on sache que SPIP, c’est d’abord autre chose.

Continuons donc activement à construire cet espace aux antipodes du supermarché et des banques, où les rapports humains se fondent sur autre chose que l’intérêt à en tirer, et rien ne pourra menacer les valeurs fondamentales de SPIP, et elles persisteront en se développant, aux côtés des autres communautés de ceux qui trouvent dans le partage et la solidarité le bonheur de rester humain.

Notes

[1Et parfois une mâchoire décrochée…

6 Messages

  • Mauvaises fréquentations Le 16 avril 2007 à 21:54, par gege061, jeune pré retraite de l’industrie pharmaceutique

    Un utopiste de plus parmi vous et qui veut simplement rappeler que l’utopie c’est avoir raison avant les autres. @+

    Continuons donc activement à construire cet espace aux antipodes du supermarché et des banques, où les rapports humains se fondent sur autre chose que l’intérêt à en tirer, et rien ne pourra menacer les valeurs fondamentales de SPIP, et elles persisteront en se développant, aux côtés des autres communautés de ceux qui trouvent dans le partage et la solidarité le bonheur de rester humain.

  • Mauvaises fréquentations Le 22 janvier 2008 à 17:06, par mathdesc

    Ah la question du pâté d’écureuil confit dans dans l’ultra sirupeux libéralisme... ça me rappelle une histoire de pingouin, de gnou et d’autres trucs du genre...

    Réponse : allez savoir ! a.k.a FUD.

    • Mauvaises fréquentations Le 22 octobre 2008 à 00:26, par DJ

      —> à Scourge, avant les savoir-être, il faut apprendre déjà à ne pas faire de fautes : on écrit savoir-être et savoir-faire sans s, même au pluriel...

  • Mauvaises fréquentations Le 27 février 2008 à 16:31, par Frederic Nemo

    Je suis globalement d’accord avec votre article, et je trouve que le développement de SPIP est qqc de génial. Mais peut-être exagérez vous les aspects "utopiques" de votre logiciel. Au départ, l’informatique "communautariste" a été crée par des post baba cools qui étaient fatigués de la dope et du sexe libre. une partie a travaillé pour l’armée américaine, l’autre non. Ce qui est quand même très génant, c’est l’appropriation privée de qqc qui a été pensé dès le départ pour être ouvert : la propriété, c’est le vol ! Moi même, je souhaite effectivement utiliser SPIP avec qqc activités "marchandes", mais sans fermer le système en qqc, comme tant de petits prestataires minables cherchent à le faire sur le marché du service.

    • Mauvaises fréquentations Le 24 juin 2008 à 22:34, par Doroteo Arango

      Tu t´appelles vraiment Frederic NEMO, ou c´est juste pour déconner ?

  • Mauvaises fréquentations Le 23 mars 2008 à 12:36, par ChaGab

    SPIP et les plugin remarquables qui le complètent m’ont permis de mettre en ligne le travail "audio" sur l’actualité des Droits Humains dans le monde de presque 25 personnes.

    Comme je le dis dans la page citée en référence :

    Sans le travail de l’ensemble des développeurs qui se sont investis sur ces projets, ce site n’existerait pas. Qu’ils soient ici cordialement remerciés.

    En effet, la gestion du site me prend entre 3 et 4 heures par jour : comment pourrais-je, en plus, passer du temps sur la technique ?

    Sans SPIP ce sont aujourd’hui presque 300 AI Audio News qui ne seraient ni lues sur le site, ni téléchargées (alors que la production par des militants de ces chroniques en direction des "radios partenaires" existe et qu’elle serait perdue !).

    Parfois aussi je "m’énerve" contre ces "saprophytes du libre" qui lorsqu’ils rhabillent un squelette ne sont même pas capables de faire référence à SPIP et aux plugins utilisés. Quant aux détournement du libre pour des idéologues pervers... Je ne regarde même plus : il y en a ?

    En tout cas, MERCI, merci à vous. Votre remarquable travail est d’une beauté, d’une simplicité (d’usage !), d’une souplesse et d’une fiabilité que mes copains militants des Droits Humains ne pouvaient même pas imaginer l’efficacité que cela donnerait à leur travail.